Voyage d'étude dans un territoire 100% Renouvelable

Voyage d'étude dans un territoire 100% Renouvelable
Von %Autor am %Datum veröffentlich

La Province du Luxembourg rend visite à son jumeau dans le cadre du projet Territoire à Enerige Positive : le Land allemand Aller-Leine-Tal. Compte rendu haut en couleurs, réalisé avec le soutien apprécié de Daniel Conrotte, coordinateur de la convention des maires au sein de la province.

Une délégation wallonne motivée

Les représentants administratifs et politiques de 14 communes de la Province du Luxembourg, accompagnés par une équipe provinciale au complet, participent à ce voyage de 3 jours (du 2 au 4 décembre 2013). Au total 18 personnes prennent le bus, direction Aller-Leine-Tal, une communauté de communes de plus de 80.000 habitants, résolument engagée à devenir 100% Renouvelable dans les toutes prochaines années. C'est dire qu'ils y sont presque.

Des visites de sites

_JLB0217

Premier arrêt: Un parc de 9 éoliennes d'une puissance totale de 20 MW. Cette visite fut l’occasion de jeter un coup d'oeil à l’intérieur d'une des machines. Son choix ne fut pas laissé au hasard, dans la mesure ou il s'agissait bien d'une éolienne citoyenne, détenue par les habitants de la communauté.

_JLB0271

Deuxième arrêt: le jardin d'enfant. 'C'est là ou l'on cultive 'énergie de paix' nous explique la maitresse des lieux. Nous sommes dans un bâtiment à énergie positive grâce aux pompes à chaleur et aux panneaux photovoltaïques installés par la commune. En toute cohérence, nous développons un travail de sensibilisation auprès des enfants (et donc auprès des parents) pour les amener à utiliser au mieux l’énergie et éviter les gaspillages. Nous considérons que ces efforts sont nécessaires et utiles pour permettre à chacun de vivre dans un monde en paix.' Qui plus est, le chauffage de bâtiment est entièrement gratuit.

_JLB0338
_JLB0316

Troisième arrêt: la centrale de bio-méthanisation. Sur le plan technique, rien de bien neuf par rapport à ce que nous connaissons déjà dans nos contrées. L’installation bénéficie d’un approvisionnement en maïs et betteraves (11 000 T/an), fientes de poulet (700 T/an), lisier de porcs (4500 m³ /an). La production d’énergie est assurée par un moteur alternateur de 750 KVA. La production est de 6 GWh électrique et 4,5 GWh thermique. L’investissement est de 2 000 000 €, et la vente de l’énergie rapporte 1 300 000 €/an pour l’électricité et 100 000 €/an pour la chaleur.

Ici apparaît une grande différence par rapport à la pratique wallonne :Le gouvernement allemand a fixé le prix de vente garanti à 0,24 €/kWh (plus élevé que le prix d’achat !), ce qui explique le montant important du produit de la vente de l’électricité. La chaleur est quant à elle vendue au prix moyen de 0,06 €/kWh. Elle sert (pour cette installation) à chauffer des étables, à sécher du bois avant transformation en plaquettes, à chauffer quelques maisons. L’implantation à été définie sur base de la proximité d’une ferme d’élevage porcin.

alt 2
ALT3 turbine

Quatrième arrêt (le lendemain): visite d'une centrale hydroélectrique historique. La volonté de produire de l’énergie propre en Allemagne ne date pas d’hier : la centrale visitée date de 1914 ! Son intérêt se situe dans la capacité de puiser l’énergie d’un cours d’eau à faible dénivelé (turbines Kaplan pour les connaisseurs). Cette centrale située sur le fleuve Weser fait partie d’un complexe de six centrales réparties sur environ 30 km. La puissance totale est de 30 MW.

On constate que de nombreux moyens techniques sont mis en œuvre pour préserver la faune aquatique qui peuple le fleuve, notamment les espèces qui remontent le cours d’eau vers les lieux de fraie.. il n'y a pas, en en province de Luxembourg de cours d’eau de taille comparable, mais il est toujours possible de retenir l’exemple et envisager de le transposer à une plus petite échelle.

Réflexions, discussions et présentations

Historique de l’Aller-Leine-Tal

"Au départ, nous explique Kurt Van Brogel président de la communauté de commune, il s’agit bien d’une forte volonté politique de produire des énergies renouvelables et durables, en impliquant toutes les couches de la société et en étudiant toutes les techniques possibles." Flashback sur le passé:

En 1996, fondation du comité Énergies Renouvelables, organe de liaison entre les 8 communes du territoire.

En 2001, construction d’une éolienne citoyenne : ce projet précédé de campagnes de sensibilisation et d’enquêtes ne rencontre aucune opposition de la part des citoyens qui y sont intéressés financièrement. En parallèle, fondation de la coopérative 'Windenergie ALT' qui regroupe industriels, politiques locaux et citoyens. Le rôle est de collecter des fonds destinés à mettre en œuvre d’autres parcs éoliens. Les bénéfices engendrés par les premières éoliennes servent au paiement d’impôts, prises de bénéfices (citoyens), financement d’autres sources de production d’énergie.

En 2010, l’ALT rejoint l'initiative fédérale 100% EE Regionen (Territoires 100% Renouvelable) qui soutient une planifcation locale ainsi que le financement de grands projets.

En 2011, repowering du premier parc éolien, financé par des actionnaires et des fonds privés. On note à cette époque le soutien du public pour l’extension de parcs éoliens, tout comme on note la participation citoyenne à d’autres projets.

Les conséquences :

  • la richesse engendrée par les diverses productions énergétiques reste dans la région et profite aux habitants.
  • L’énergie est démocratisée.
  • L’énergie devient un objet d’intérêt pour le tourisme ; pas un km parcouru sans voir un panneau montrant le logo de l’ALT, en lien avec l'énergie durable
ALT

 

52
  •  Les citoyens sont donc en permanence « sensibilisés » à la démarche énergétique (et énergique) du Land.
Objectif futur de l’ALT – territoire 100 % énergie positive

Preuve que l’appétit vient en mangeant, les objectifs à l’horizon 2050, sont d’encore augmenter la production d’électricité renouvelable jusqu’à hauteur de 263 % de la consommation actuelle (boni : +163 % !), via la création de nouveaux parcs éoliens, de nouvelles centrales biogaz et un accroissement de la production hydro-électrique.

Les besoins en chaleur qui ne sont couvert qu’à hauteur de 20 % par les énergies renouvelables actuellement, seront entièrement satisfaits en 2050 via des actions sur l’isolation des bâtiments (publics et privés), l’extension de l’exploitation de la biomasse, le biogaz, le solaire, etc.

Manifestement, au travers de ces ambitions, l’expression de la volonté de garantir la viabilité des finances communales sur le long terme.

Soutien du District et du gouvernement fédéral

Pour résumer, le District, qui regroupe 3 Lands, ainsi que le gouvernement allemand, interviennent pour financer les projets. On perçoit aisément la cohérence des actions mises en œuvre, tant sur le plan du Land qu’au plan régional : Implication de toutes les couches de la société, objectifs communs, etc. Par exemple, dans un premier temps, des efforts viseront à réduire la consommation globale en chauffage d’ici 2030. Les actions menées viseront à éviter de devenir un territoire mono-énergie, etc.

La stratégie est simple :

  • On vérifie ce qui est POSSIBLE
  • On étudie ce qui est FAISABLE
  • On réalise ce qui est RAISONNABLE
L’importance du secteur agricole

Cette présentation veut montrer l’importance du monde agricole vis-à-vis des enjeux liés à la lutte contre le réchauffement climatique. Sans le secteur agricole, peu d’actions sont possibles. En effet, il faut des espaces importants pour l’implantation de parcs éoliens, pour la production de cultures à vocation énergétique, etc. Il faut noter aussi l’importance des surfaces disponibles sur les toitures de hangars agricoles pour l’implantation de panneaux photovoltaïques p.ex.

Il est clair que l'ALT a bien compris ces enjeux et a construit sa politique énergétique en ce sens, en faisant du monde agricole un partenaire privilégié.

Résultat: l'ALT est parmi les rares régions européennes ou le nombre d'exploitation agricole est en constante augmentation

Réseau de bornes de recharge

Dans le but de promouvoir l’introduction de véhicules électriques, l'ALT a récemment procédé à la mise en place d’un réseau de bornes de recharge électrique. Il est encore trop tôt pour vérifier les effets sur les carnets de commande. En toute logique, nos hôtes ont décidé que la poule naîtrait de l’œuf, et pas l’inverse.

Que retenir de tout cela

La volonté toute germanique d’aller de l’avant, alliée à une logique sans faille et le support pour le moins énergique du gouvernement régional allemand.

L’intéressement évident des citoyens, clé de la réussite. La motivation citoyenne est palpable, preuve que chez nous aussi nous pourrons mobiliser notre population. Cela n’empêche pas pour autant les citoyens de « recaler » certains projets (protection de la faune, limitation de nuisances, etc.)

Une communication omniprésente le long des routes entre autres, riche et surtout très professionnelle, liant bien-être et loisirs à l’énergie. De quoi nous inspirer.

Les citoyens s’identifient à leur territoire à énergie positive. La population est fière du chemin accompli.

Paradoxe: Peu d’habitations sont isolées correctement. La priorité a été donnée aux gros projets, porteurs de plantureux bénéfices, lesquels vont permettre de combler prochainement cette lacune. Une stratégie à l’opposé de ce que nous préconisons (d’abord isoler les bâtiments, et ensuite, place aux grosses machines).

Quant à nous, pas de quoi rougir ; nous ne sommes pas au point zéro, nos réalisations en province sont là pour le prouver, et nous nous devons d’en être fiers. Il reste à l’évidence du chemin à faire, tant sur le plan de la réalisation d’actions que sur le plan de la communication que nous pouvons réaliser autour de ces actions. Nous avons bien mesuré auprès des participants à ce voyage la volonté de faire au moins aussi bien que nos hôtes. L’occasion peut-être d’exiger de la Région Wallonne des politiques plus réfléchies et plus en adéquation avec les objectifs poursuivis.